Le nouveau souffle d’Air de Méliès

Le groupe Air vient de sortir son dernier album, BO du Voyage dans la Lune remastérisé de George Méliès. Un disque magique.

En 1993, la bobine d’une version colorisée à la main du Voyage dans la lune de Georges Méliès a été retrouvée en Espagne. georges mélièsMoins de 10 ans plus tard, le film restauré est présenté au festival de Cannes 2011, puis se retrouve sur grand écran quelques mois après. Mais en plus de la couleur, ce film muet de 15 minutes à l’inspiration dadaïste est porté par une musique joyeusement lunaire.

Le groupe Air a été invité à composer une BO qui, dans le feu de l’action, s’est transformé en album avec des chansons en plus, d’autres en moins. Au résultat, les titres propulsent le court métrage dans une ambiance de rêve, rehaussée par une colorisation vieillie mais qui bouleverse clairement le propos par rapport à l’original en noir et blanc. En d’autres termes, le film, pas forcément évident d’accès, se charge d’une esthétique nouvelle très puissante qui en détourne l’angle narratif.

Un patchwork homogène et surprenant

Du côté des deux Français d’Air, il s’agit quand même de leur 7e album et leur 2e BO, après The Virgin Suicides en 2000 et quelques collaborations musicales pour divers longs métrages : Lost in Translation, Quartier lointain… Ici, Nicolas Godin et Jean-Benoît Dunckel ont composé une balade pleine de surprise, directement inspirée des scènes du film de Méliès. Dans son ensemble, le disque est moins instrumental que Pocket Symphony, sorti en 2007, mais plus électronique que Love 2 (2009). Les deux musiciens se sont servis de pas mal d’outils pour composer ce patchwork homogène et surprenant : claviers, cordes, percus, machines…

Pour un peu, l’album s’écouterait en boucle, étant donnée la diversité des sons. Il y a de véritables perles, comme Astronomic Club qui ouvre la tracklist en nous plongeant directement dans une ambiance onirique angoissante. Ou encore le pur psychédélique Sonic Armada, au milieu du disque. Le duo a invité des artistes pour les accompagner au chant. Mais il n’y a qu’un titre où la voix n’a plus qu’une valeur harmonique mais passe réellement au premier plan musical. C’est Who I Am Now, avec la collaboration des Américaines d’Au Revoir Simone. Les voix des 3 filles en unisson se ressentent presque comme un chuchotement chanté, doux et touchant. L’album est bizarre, brillant et raffiné, digne du magistral Méliès. De quoi faire planer pas mal de monde.

Air, Le voyage dans la Lune (EMI), sorti le 6 février 2012.

Gwendal Fossois

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s